• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

"Vos enfants ne sont pas vos enfants"

Juin 2013

Voici un petit exercice. Peut-être connaissez-vous ces phrases du livre bien connu de Khalil Gibran, Le Prophète :

« Vos enfants ne sont pas vos enfants.


Ils sont les fils et les filles de la Vie qui a soif de vivre encore et encore.
Ils voient le jour à travers vous et non pas à partir de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne sont pas à vous ».

 

 

Ceci parlera sans doute à celles et ceux qui ont ou ont eu à élever des enfants et peut expliquer une bonne part des difficultés que l’on peut rencontrer dans cette tâche.

L’exercice ici est de remplacer le mot « enfant » dans ces phrases par le mot « projet », en comprenant par ce mot les actions significatives que l’on entreprend. Si vous faites cela, est-ce que cela change le regard que vous pouvez porter sur vos propres projets ? En quoi est-ce que cela peut modifier votre comportement concret par rapport à eux ?

Les enfants, comme les projets, peuvent être des moyens de se forger une identité. Ceci peut être une aide mais aussi un danger. Il y a au moins deux chemins pour cela. Le premier est l’identité sociale, l’image que nous donnons à voir aux autres et avec laquelle nous pouvons être tentés de nous identifier. La seconde est plus subtile, elle est une réponse que nous nous donnons à nous-mêmes à la question « qui suis-je ? ». Nous pouvons facilement y répondre par «  je suis ce que je fais ».  Dans les deux cas, nous ne faisons que calmer une angoisse, ce qui peut être une aide mais aussi un obstacle sur notre chemin si nous n’en sommes pas conscients (et ce n’est pas toujours facile de l’être).

Pour ma part, j’ai été à l’origine ou j’ai participé à la création de nombreux projets. Certains ont simplement échoué, voire, n’ont pas vu le jour ; d’autres ont réussi raisonnablement ; un tout petit nombre enfin ont grandi en prenant des dimensions inattendues et ont continué à le faire alors même que je les ai quittés. Mais je ne me suis pas investi dans ces derniers d’une manière particulière, du moins consciemment. De ce fait, j’ai coutume de penser que les plus grandes réussites visibles de projets auxquels j’ai pris une part significative l’ont été sans que je le fasse exprès.

 

Il y a une deuxième partie de l’exercice. On peut ne pas la faire et cela n’enlève pas la valeur de la première partie ci-dessus. Le chapitre du Prophète sur les enfants se termine de la façon suivante ; si ces phrases vous parlent, c'est-à-dire si vous n’êtes pas réticent à l’idée d’un « Archer », quel qu’il soit, vous pouvez continuer avec elles le même exercice.

« Vous êtes les arcs par lesquels sont projetés vos enfants comme des flèches vivantes.
L’Archer  prend pour ligne de mire le chemin de l’infini et vous tend de toute Sa puissance pour que Ses flèches s’élancent avec vélocité et à perte de vue.
Et lorsque Sa main vous ploie, que ce soit alors pour la plus grande joie.
Car, de même qu’il aime la flèche qui fend l’air, il aime l’arc qui ne tremble pas »

( The Prophet – Khalil Gibran, Alfred Knopf Publisher, New-York, 1923 ; traduit en de nombreuses langues et de nombreuses éditions ; les citations ci-dessus sont tirées de l’édition des Editions du Rocher, 1999).

Commentaires  

 
#1 Yves Emery 25-11-2013 17:57
Pour rebondir sur le passage "l'image que nous donnons à voir aux autres" : il est en rapport avec le concept de "persona" de C.G. Jung, mot qui désignait autrefois le masque porté par les acteurs dans le théâtre antique. Jung a une très jolie phrase pour la définir : " La persona est ce que quelqu'un n'est pas en réalité, mais ce que lui-même et les autres pensent qu'il est." (Ma vie, souvenirs, rêves et pensées, page 460). Savoir, maintenant, qui nous sommes réellement... est une tout autre histoire !
Citer
 

vehicules4

Vous êtes ici : Les véhicules "Vos enfants ne sont pas vos enfants"