• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Si vous respectez une sorte de loi intérieure, a-t-elle été une contrainte ou une opportunité pour trouver votre voie dans la vie ? ,

Mars 2013

Stephen

Les deux ! Cela a été une contrainte sur le court terme comme manager ou comme consultant. Pourtant, cela m'a aidé sur le long terme à me définir et à défendre ce que je crois être important.

 

Denis

Parfois, cela n’a été qu’une contrainte, même si elle était bien vécue. Par exemple, cela m’a amené parfois à décliner une proposition de mission, en tant que formateur ou consultant, parce que je ne sentais pas juste d’aider certains clients dans leur business, du fait de la nature de ce dernier.

Ensuite, dans ma façon de travailler, je me suis petit à petit donné un style, une façon de faire. Et, comme par hasard, cela correspondait aussi à mes principes éthiques mais on ne peut pas dire que ce sont les principes éthiques qui ont façonné le style de travail. D’une part, ce style s’est forgé parce que je me suis rendu compte que c’est comme cela que je réussissais le mieux, et que j’étais le plus utile à ceux pour qui je travaillais. D’autre part, tout cela s’est construit ensemble. Mes principes éthiques dans ma pratique professionnelle sont plus clairs aujourd’hui qu’il y a vingt ans, lorsque j’ai débuté dans ce travail. Parfois l’éthique a aidé à façonner le style mais parfois aussi le style et les problèmes rencontrés dans le travail m’ont permis d’affiner mes principes éthiques.

 Et puis, récemment, l’éthique a vraiment été une aide pour m’orienter. J’étais dans un moment où j’abordais une nouvelle phase dans ma vie et j’étais un peu dans le brouillard.  J’étais à quelques mois de prendre ma retraite de l’organisme de formation pour lequel je travaillais et j’allais commencer une période préalable de ralentissement d’activité, elle aussi planifiée. Pour des raisons familiales, il était impératif que je libère du temps mais je sentais aussi que, bien que j’aie beaucoup apprécié le temps passé dans cette activité, une page se tournait ; bon nombre de missions que j’avais faites dans ce travail ne m’attiraient plus, me semblaient appartenir au passé. Certains de mes collègues prennent leur retraite mais continuent en fait à prendre des missions, en travaillant simplement sur un rythme plus calme . Je sentais que la retraite serait pour moi, au contraire, un véritable changement de vie.  Cependant, je n’avais pas pour autant une vision précise de ce qui allait s’y passer, même si j’avais quelques idées ou, au moins, l’intuition d’une tonalité vers laquelle aller. Alors, évidemment, il était tentant de se raccrocher au mode de vie du passé, simplement en travaillant moins...

Voilà donc qu’on me propose alors, au sein du même organisme, une mission qui pouvait débuter au moment où ma période d’activité réduite allait commencer. Cette mission était plutôt attrayante, elle correspondait à un des quelques types de jobs pour lesquels je me sentais encore capable de me motiver dans ce domaine et, en plus, me permettait de découvrir une culture et un pays nouveaux.

J’étais tout prêt de dire oui, me disant que, finalement, garder une partie d’activité  régulière chez cet employeur était peut-être ce que je devais faire. Par acquit de conscience, je suis quand même allé sur le site de l’entreprise cliente et me suis aperçu qu’elle est un gros producteur d’engrais chimiques. J’ai passé une partie de ma vie à défendre et promouvoir l’agriculture biologique et j'en suis toujours un partisan convaincu. Il ne m’a donc pas fallu plus d’une demi-seconde pour comprendre qu’accepter cette offre serait renier mes convictions profondes et ma propre loi intérieure. J’ai trouvé cela frappant : on aurait pu me proposer ce même type de job mais pour un client avec qui je me sentais en accord pour travailler, comme d’ailleurs cela s’était  souvent produit dans le passé. Ou bien, cela aurait pu être un cas où j’aurais pu au moins hésiter mais là, le hiatus était  tellement flagrant... C’était comme si il m’était présenté, à un carrefour, la voie facile, celle du retour en arrière, avec une grosse barrière empêchant de la suivre. Cet incident m’a fait du bien, un peu comme un électro-choc; il m’a donné du coup un élan supplémentaire pour travailler à ce que pourrait devenir ma nouvelle vie...il m’a permis de prendre conscience que j’allais vraiment vers celle-ci et vers un changement plus radical d’activité .  Dans les 48 heures qui ont suivi, je  donnais un nouvel élan à l’un de mes projets-clés qui allait dans ce sens.

 Au passage, dans la même après-midi, je triais les papiers de la succession d’une tante que j’avais accompagnée dans ses derniers mois et cela me rappelait l’expérience forte que m’a procurée la proximité d’un mourant: une conscience aiguisée de moi-même et de l'essentiel de la vie.

 

 

Voir aussi Charles , Bertrand (des PDGs changent de vie),  comment  les questions éthiques ont fortement influencé le cours de leur carrière, au moins à certains moments.


Vous êtes ici : L'éthique Si vous respectez une sorte de loi intérieure, a-t-elle été une contrainte ou une opportunité pour trouver votre voie dans la vie ? ,